All of this has happened before and will happen again

Noël, sa neige, ses cadeaux, ses vacances et ses soldes Steam. L'occasion d'essayer des jeux auxquels tout le monde à joué sauf moi. Mon dévolu s'est porté sur Mass Effect Collection, attiré par cette étoile vidéoludique un peu trop brillante au dessus du bac des jeux en solde. Et alors qu'il y a 2012 ans naissait dans sa crèche le berger des chrétiens, je lançai une partie.

Sans même savoir de quoi il retourne je dois me créer une identité, mon personnage s'appelle Shepard je dois juste lui donner un prénom. Tiens je vais mettre Christian. S'ensuit un choix de classe et de background pas vraiment parlant puis je dois définir l'apparence de mon futur sauveur de la galaxie. Inconsciemment je lui donne un visage qui me ressemble, en plus fin, avec les yeux verts, et un nez trop long mais je ne m'en rends compte que trop tard pendant la cinématique d'intro. Tant pis, je me ferai donc l'intégralité de la saga avec ce pif démesuré qui me perturbe à chaque plan de profil.

Quand l'histoire débute je ne sais pas trop qui je suis mais il semble que je sois déjà un héros. Beaucoup de gens me connaissent et évoquent à mon sujet des événements que j'ignore, dont je ne me souviens pas et qui me dépassent. Je me rends compte rapidement que le jeu est plus un RPG qu'un TPS comme je le croyais au départ. Je me doute bien alors que je serai amené à sauver le monde, voire la galaxie vu comme c'est parti. Après une brève mission d'introduction je me retrouve à déambuler librement dans une station spatiale où tout le monde me connait, bien que je n'eusse pas sauvé grand chose pour le moment. Chaque PNJ a une requête à me soumettre, le plus souvent d'ordre personnel. Je suis voué à sauver le monde mais je dois d'abord faire les basses besognes des autres, et pour régler leurs différends je suis parfois amené à multiplier les pains dans la tronche. J'ai même rencontré la femme adultère en la personne d'une alien nommée La Favorite qui m'a demandé d'aller raisonner un homme salissant son honneur. Loin de moi l'idée de lui jeter la pierre mais j'avais vaguement envie de lui répondre qu'étant donné ses activités il fallait s'attendre à avoir une réputation douteuse. Malheureusement ce n'était pas un choix de dialogue possible. J'ai donc fait ce qu'elle demandait.

Je suis constamment flanqué de deux types choisis parmi toute une équipe que je recrute au gré de mes rencontres. A chaque fois c'est un peu "Hé toi! Je te connais pas, ça te dirait de tout laisser en plan pour me suivre ? On va sauver la galaxie." Les mecs n'hésitent jamais. Il faut dire qu'ils ne sont pas très contrariants. Ils ne rechignent jamais à me suivre quand j'aborde un PNJ dont l'étrange posture m'a interpellé. Pas un pour me dire qu'il y a autre chose à foutre que de refiler un tuyau à une journaliste ou scanner des insectes mécanos. Si je croisais un mec perché dans un arbre et m'invitais à manger chez lui, ils suivraient. Mais c'est un peu de ma faute si je suis entouré de boulets, je me suis rendu compte après douze heures de jeu que je devais les upgrader en utilisant leurs points de compétences, choses que je ne faisais jusque là que pour mon propre avatar. Résultat, mes équipiers trainent tant bien que mal leur pauvre condition humaine alors que moi je suis plus rapide, plus résistant, je vise mieux et je leur suis supérieur dans tous les domaines, mais je ne marche pas encore sur l'eau.

Ne tournons plus autour du pot, vous avez saisi l'analogie. D'ailleurs Il jouait sans doute à un jeu plus abouti, avec des possibilités émergentes, il a pu chasser les marchands du temple parce qu'ils n'avaient rien à foutre là. Moi quand je tombe sur un mec qui vend des armes à profusion au milieu de survivants d'une invasion d'insectes géants contre lesquels ils n'ont rien pour se défendre, je ne peux que lever les yeux au ciel.

Je ne terminerai sans doute jamais le jeu, et encore moins la saga Mass Effect. Tout ça m'énerve, je n'arrive pas à faire semblant d'y croire. Je peux me laisser porter par une histoire bancale en tant que simple spectateur, mais quand j'y participe en tant que joueur je ne peux pas me résoudre à suivre, sans broncher et en étant proactif, un gameplay aussi servile alors que je suis sensé être un super héros.

Je ne sais pas comment tout cela termine, en cherchant des illustrations j'ai vu que Shepard a hérité du surnom de Space-Jesus. J'ai cru comprendre qu'il se sacrifiait pour sauver la galaxie. Le messie boit le calice jusqu'à la lie, comme c'est surprenant, original. Mais tout le monde se trompe, je crois que tout ce qu'on sait du Jésus original est un malentendu, y'a pas eu de sacrifice ou de résurrection. Ce n'est que la log d'une instance de partie qui s'est finie en game-over après un mauvais choix de dialogue face au PNJ Ponce Pilate, un respawn trois jours plus tard suivi d'un ragequit définitif. Oui j'aime à penser que le mec qui jouait Jésus avait le même avis que moi sur toute cette mascarade et que comme moi il a préféré laisser tomber, pour aller jouer à Fifa. Avec le pseudo "Messi".

Dans la même rubrique :

Commentaires :