Social Justice Papa #1 : Vaiana

Social Justice Papa : Un jour je suis devenu Papa et les films ont changé, à moins que ce ne soit ma façon de les voir. 

Vaiana n'est pas une princesse, elle est une fille de chef, et elle le revendique ouvertement. Elle a été briefée par Disney qui veut se détacher de son poncif héroïne = princesse. Mais en pratique "fille de chef" c'est carrément pareil. Et c'est même sûrement plus gratifiant de se définir par son titre que par son rapport à la figure d'autorité masculine du coin. Chez Disney on n'a pas compris que le poncif n'est pas le titre de princesse, c'est ce qu'on en fait.

Et du coup Vaiana elle en fait quoi de son prestigieux statut de fille du chef ? Honnêtement elle s'en fiche. Elle fait illusion après s'être fait recadrer deux-trois fois mais ce qu'elle veut ce n'est pas être fille du chef, ni épouse du chef consort ou mère du futur chef. Elle veut vivre sa vie, c'est une fille libre Vaiana elle ne veut pas suivre le chemin déjà tout tracé pour elle, elle veut tout plaquer, taxer un bateau et aller voir de l'autre côté de la barrière de corail. Et elle va le faire. Ça serait un beau message sur le libre-arbitre et tout ça ... si ce n'était pas le destin qui en avait décidé pour elle depuis qu'elle est gamine. Parce que depuis l'adorable scène d'ouverture où elle sauve un bébé tortue, Vaiana est l'élue choisie par l'Océan lui-même pour sauver l'archipel. Alors partir à l'aventure c'est pas vraiment un choix personnel.

Bon là je fais déjà genre c'est nul mais en réalité ça ne me gène pas trop, la contradiction m'a fait lever les yeux au ciel mais c'est plutôt inoffensif et ce début de film est très chouette.

Voilà donc Vaiana partie sur sa pirogue, voguant droit vers la constellation du Hameçon pour aller choper par la peau du c... Maui le demi-dieu qui a mis le bazar en volant une pierre magique. Et elle en chie Vaiana, ne serait-ce que pour conserver le bon cap, parce qu'elle n'a jamais appris à naviguer en haute mer. Alors quand arrive une grosse tempête ça devient critique, la pirogue est balançée dans tous les sens et sur le siège d'à côté ma fille s'inquiète : "Vaiana va mourir parce qu'il n'y a plus son papa pour l'aider". Je lui répond que non, qu'elle va y arriver toute seule. Naïf que je suis, une gamine de cinq ans avait déjà compris ce que le film allait lui inculquer pendant encore une heure : Vaiana n'y arrive pas toute seule, jamais. 

Sur un coup de bol (ou un coup de pouce de l'Océan, je ne sais plus et ça revient au même) la pirogue échoue sur l'île où est exilé le fameux Maui. Entre alors en scène le protagoniste de dessin animé le plus détestable dont j'aie souvenir (pour un personnage identifié comme positif). Le bonhomme est arrogant, condescendant et agressif. Il a provoqué, par orgueil, le problème qui doit être réglé mais n'est jamais réellement remis en question. Alors que tout au long du film la légitimité et la capacité de Vaiana à entreprendre cette aventure sont questionnées et raillées, souvent par Maui lui-même 

Pourtant, Maui est celui qui enseigne à Vaiana ce dont elle a besoin pour atteindre son objectif : en l'occurence, apprendre à naviguer. L'apprentissage est donc rythmé de sarcasmes, humiliations et brimades. Entre autres : il la jette de la pirogue à chaque fois qu'elle le contrarie, pisse dans l'eau quand elle essaie de sentir le courant, et lui dit littéralement qu'il va la frapper si elle chante. Face à cela les tentatives de rébellion de Vaiana sont souvent tournées en dérision.

Dans 3 secondes elle est à la flotte.

Il y a quelque chose qui ne va pas dans le fait de donner à ce personnage à la fois le rôle du trickster et celui du mentor. On est d'accord que dans la vraie vie une figure d'autorité et de savoir n'est pas forcément bienveillante, mais est-ce vraiment ce qu'il faut montrer dans une oeuvre destinée à un public d'enfant, et en particulier de petites filles. Est-ce que ce qu'elles doivent en retirer c'est que même si le mec est un connard qui ne la respecte pas, elle doit l'écouter parce que c'est lui qui lui apprend la vie que sans lui elle ne sait rien faire, et qu'il est plus fort qu'elle. 

Au passage, même quand Maui n'est pas là Vaiana ne se débrouille pas seule, bien souvent c'est l'Océan qui prend le relais, de manière plus bienveillante, et agit à sa place ou la sort d'un mauvais pas. Les seules aptitudes que Vaiana maîtrise sans les avoir apprises sont la flatterie et la ruse, utilisées pour convaincre Maui de se lancer dans l'aventure au départ puis pour tromper un crabe géant pas très gentil. Deux capacités qui, chez Disney, sont le plus souvent l'appanage des sidekicks dans le meilleur des cas, ou des méchants.

On n'est certainement pas capable d'avoir cette réflexion à 5 ans, et je ne saurai pas dire si elle peut s'inscrire inconsciemment dans l'esprit d'un enfant qui s'identifie à Vaiana. Mais on est capable de se rendre compte que quelque chose cloche dans la relation entre les deux personnages : "c'est son ami mais il est méchant avec elle ?". Du coup je réponds quoi à ma fille de 5 ans ? #VousEtesDesMonstres 

Je conforte son ressenti, si ça l'a frappé je ne veux pas contredire, pas de "mais c'est pour rire".

- "Oui il n'est pas très gentil, j'ai pas trop aimé ce bonhomme moi."

- "Mais il est rigolo."

Le lendemain au hasard d'une conversation ressurgit la réplique "Si tu chantes je te tape." On en discute et je réalise qu'elle a complètement oublié son ressenti initial et ne reste pour elle que les gags qui l'ont fait rire.

Dans la même rubrique :

Commentaires :