Le problème avec ... Deadpool

Vous connaissez la différence entre Deadpool et Rémi Gaillard ? Ils font tout les deux n'importe quoi mais Deadpool est le seul qui a conscience de ce qu'il fait.

Plus exactement, il a conscience d'être un personnage fictif et donc que ce qu'il fait n'est soumis à aucune règle, comme Neo dans la Matrice. Cette spécificité définit son caractère et, associée à son pouvoir régénérant, l'affranchit de toute contrainte diégétique ou narrative. Il s'automutile, s'amuse d'être éventré par un éléphant, ou s'adresse directement au lecteur en insultant sa mère. Rigolo non ? Mais le plus intéressant est l'utilisation qu'il peut faire du media dans lequel il évolue: sortir d'une case de BD pour aller dessiner la suivante, découper la page pour influencer ce qui se passe sur la suivante. Dans le jeu vidéo Marvel VS Capcom (un jeu de baston) il décroche la barre de vie de son adversaire et l'utilise pour lui taper dessus.

Sans être un fervent adepte du personnage, j'attendais le film pour voir ce qu'ils allaient faire de cette particularité et comment il mettraient à profit les possibilités qu'elle leur offrait en terme de narration et de mise en scène.

Et donc ils n'en font rien. Dans le film, briser le quatrième mur se résume à parler à la caméra, comme Tyler Durden ou Pierrot Le Fou, et faire des blagues méta, comme Kick-Ass.

Dommage, il y avait moyen de faire quelque chose. Ne serait-ce qu'en intégrant au film sa propre genèse qui découle directement de la précédente apparition de Deadpool sur un écran de cinéma dans X-Men Origins : Wolverine. C'était aussi l'occasion de jouer avec le format de l'image et la structure du récit en allant au delà du simple flash-back, de s'amuser avec des deus ex machina malins ... Sur ce dernier point, un seul élément narratif se rapproche de ce que l'on pouvait attendre d'un film où un personnage est conscient d'être dans une fiction avec des codes, des enjeux et une structure prédéterminée : c'est quand le pote barman dit à Wade d'aller voir le type en costard, "pour faire avancer l'intrigue". C'est pas hyper malin, c'est le deus ex machina niveau Stephen King, mais dans l'idée c'était ça.

Petit aparté sur le type en costard : j'ai du mal à comprendre, par exemple, pourquoi ça fait marrer toute la salle quand Deadpool l'appelle "Agent Smith". J'ai bien saisi la référence hein, mais pourquoi en rire ? Moi j'ai ri, fort, exprès, tout seul, quand il met un contrat sur la tête d'un dénommé Liefeld, juste parce que j'avais compris, et pour que tout le monde le sache.

Alors bon, finalement on a un film fauché et cheap qui focalise son spectateur sur les vannes 9gag et les références geeks, lui donnant l'impression de faire partie de ceux qui comprennent. Pourquoi pas. Le démarrage au box-office montre qu'il y a un créneau à prendre. Mais pour ce qui est de "changer les règles du film de super-héros", non, vraiment pas. Enfin, quand-même, reprenez-vous les gens ! Vulgarité n'est pas subversion, Deadpool ne fait que se glisser dans le moule en disant des gros mots. 


PS : Et en ce qui concerne Rémi Gaillard, son problème c'est l'inverse, il croit qu'il peut faire ce qu'il veut et que les gens ne sont que des personnages à sa disposition pour des blagues et des attouchements. Alors qu'en fait non, il est dans la vraie vie. D'où m'est venu une idée de truc super méta, un genre de cross-over Deadpool vs Rémi Gaillard. Je n'ai pas encore d'idée précise de scénario mais à la fin notre ami montpelliérain se rendrait compte qu'il est dans la vraie vie en même temps qu'il s'apercevrait qu'il n'a pas de pouvoir d'auto-régénération pour faire repousser divers membres et organes qui viendraient à lui manquer.

Dans la même rubrique :


Le problème avec ... Game of Thrones

Le problème avec ... Dexter

Commentaires :